NEWS

Crypto-breakfast avec Ian Rogers, Chief Experience Officer chez Ledger

10 Mins read
Ian Rogers Ledger

Lisbonne, quelques heures avant le début de la Non Fungible Conference, j’ai rendez-vous avec Ian Rogers, le CXO ou Chief Experience Officer de Ledger pour le petit-déjeuner. Nous nous étions rencontrés quelques mois auparavant lors de NFT Paris avec Sébastien Borget (The Sandbox) pour échanger sur les nouveaux produits et partenariats de Ledger notamment dans le luxe avec Fendi.

Ian Rogers la nouvelle figure emblématique de Ledger


Rendez-vous prévu à 10h, je commande mon VTC, pas de chance, aujourd’hui Lisbonne est complètement embouteillée. J’arrive avec quelques minutes de retard, Ian m’attend déjà dans le restaurant de son hôtel. Avec son style Californien, blond, les cheveux mi-longs, quelques tatouages sur les doigts, (j’aurais pu le confondre avec Stacy Peralta des Z-boys) et son Ledger Nano en pendentif avec ce qui ressemble à un prototype d’un sautoir brandé Ledger. Café commandé, micro allumé, on peut commencer.

Le Ledger que tu as sur toi c’est le dernier de la gamme ?


Nous avons sorti l’édition Genesis qui s’est écoulée en moins de 30 heures il y a quelques semaines. Nous avons expédié toutes les commandes la semaine dernière. Et aujourd’hui on commence à prendre des commandes pour le grand public sur le Nano S Plus, que j’ai avec moi. (Le nouveau Nano S Plus, dont la sortie a été annoncée au moment de l’interview, est une version améliorée du Nano S. Il embarque un écran plus grand ainsi qu’un plus grand nombre d’applications et permet également de stocker et protéger ses NFTs. N.D.L.R.)

Concernant le collier ce n’est pas le dernier, c’est encore un prototype. C’est pour ça que tout est noué car au final j’ai essayé de le raccourcir. Avec ma copine on a passé beaucoup de temps à essayer de déterminer la bonne longueur, du coup je travaille encore dessus. Et si tu regardes bien, il y a un petit logo Ledger quelque part. C’est une chaîne en acier mais ça ne sera probablement pas le modèle définitif.

C’est un sujet que l’on avait déjà abordé ensemble, mais tu ne penses pas que c’est risqué d’avoir un Ledger autour du cou ?


Je suis de plus en plus convaincu que ces menaces ne sont pas vraiment réelles. C’est comme si tu avais des AirPods Pro sur toi : cela ne signifie pas que tu as quelque chose qui vaille la peine d’être volé, n’est-ce pas ? C’est le genre de comportement qui s’équilibre avec le temps. Et ce n’est pas parce que tu as un Nano sur toi que tu as 1 000 000 $ dessus. Et je pourrais probablement te prouver que la plupart des gens qui ont un Nano n’ont pas 1 000 000 $ dessus. Donc cela ne fait pas d’eux des cibles importantes.

Et comme tu t’en doutes j’ai segmenté mes cryptos. Je n’ai pas mon bag crypto sur celui que j’ai autour du cou. Je ne ferais pas un truc pareil ! Peut-être de démocratiser ce type de produit permettra de diminuer le risque avec le temps. Si quelqu’un porte une montre Richard Mille dans la rue, il a un quart de million sur lui. Si cette personne se dit, “cela n’a aucune valeur pour qui que ce soit si je suis mort”, alors je pense que les gens ont suffisamment réfléchi aux possibles menaces qui pèsent sur eux.

Prends mon Nano. Qu’est-ce que tu vas faire de plus avec ? Tu vas me mettre un flingue sur la tempe, on va s’asseoir devant mon ordinateur et je vais transférer mes cryptos une par une sur ton wallet ? Ça ne semble pas très réaliste, surtout quand je peux mettre le mauvais mot de passe trois fois, et là c’est fini. Je comprends ce point de vue, mais je pense à nouveau, que c’est comme avec les premiers iPod. Et je suis certain que si tu fais une recherche sur Google tu trouveras de nombreux articles sur des personnes qui se sont fait braquer, pour leur iPod ou leur iPhone. Mais ça arrive tous les jours pour n’importe quel type de produit.

Depuis que tu es arrivé chez Ledger on a pu voir un changement au niveau du positionnement de la marque, est-ce que c’est ton expérience passée qui traduit ce renouveau ?


Tout d’abord, merci d’avoir noté ça. Je pense que c’est une bonne chose que ce soit différent. C’est juste une nouvelle époque qui commence. Comme lorsque j’étais chez LVMH, des commentaires comme “les gens ont l’air d’être plus ouverts au numérique maintenant que vous êtes là” m’étaient souvent adressés. En réponse je disais “ils m’ont embauché pour ça”, tu vois ce que je veux dire ? C’est qu’ils devaient être ouverts à un certain changement. Et c’est la même chose avec Pascal (N.D.L.R., actuel CEO de Ledger), qui voulait vraiment que je rejoigne l’aventure.

Donc je dirais que je suis plus un symptôme qu’une cause. Ils m’ont fait venir parce qu’ils voulaient plus de nouveautés. Et puis j’ai fait venir des gens comme Ariel, et Ariel a fait venir des gens comme Steven et puis il y a des personnes qui sont là depuis très longtemps, comme Gaëtan, qui étaient ici avant moi, et qui porte le même esprit.

On ne peut pas m’accorder tout le crédit. Je pense que si l’on retourne à l’automne 2020, il n’y avait pas toute cette effervescence autour des NFTs, ça n’avait rien à voir avec le marché actuel. C’est une sorte de combinaison de toutes ces choses qui est importante, et d’être vraiment ouvert à sa communauté.

Tu fais référence à Ledger comme à un pionnier mais est-ce que ça ne reflète pas une connotation trop nerd des utilisateurs ?


Et bien, c’est juste une orientation différente. Au fur et à mesure que l’industrie évolue, les gens aussi. C’est comme les débuts d’Internet, à mesure que tu ajoutes de plus en plus de personnes, ça devient un endroit différent.

Je me souviens très bien de l’arrivée d’internet avec Usenet comme précurseur. Et l’internet en 1998 ne ressemble pas à celui de 2008, les contextes sont différents. Et je pense que pour la crypto ça sera la même chose. Nous allons tout simplement devoir nous adapter, en passant de 10 millions d’utilisateurs à 100 millions, puis à un milliard. C’est simplement un environnement différent et je pense que ça sera difficile de faire bouger les lignes.

Chaque communauté a ses propres codes, il y a une communauté Bitcoin très dynamique, une communauté Ethereum très développée, qui contient de nombreux sous groupes différents. Que ce soit Tezos, Solana, Polkadot, Cardano, la problématique reste la même partout. Il y a aussi la communauté NFT, qui est très spécifique et pas seulement au niveau de l’art.

Il y a quelques années c’était MySpace ou encore Facebook, qui s’adaptaient le mieux à l’architecture d’Internet. C’est un peu comme comparer le monde de 2000 avec le monde de 1900. Il y a 7,5 milliards d’humains aujourd’hui contre 1,5 milliard d’humains il y a plus de cent ans.

L’important pour une marque comme la nôtre c’est d’être ouvert et de s’engager avec la communauté. Et je pense que c’est une très grande différence par rapport à ce qu’il se faisait avant. Nous avons des talks sur Reddit, sur Twitter. Nous avons une équipe de service clients complètement différente de celle que nous avions il y a un an. Et notre but premier c’est de dire nous sommes là, et si vous avez un problème on va vous aider à le résoudre. Nous ne pouvons pas résoudre tous les problèmes c’est certain, mais nous voulons vraiment être disponibles pour notre communauté, ce qui n’était pas forcément le cas il y a un an.

Comment est-ce que tu réponds aux attaques des clients concernant la sécurité de leurs informations lors du hack de Shopify ?


Je pense que nous avons bien réagi. C’est une entreprise complètement différente aujourd’hui de ce qu’elle était lorsque ça s’est produit. À ce propos je pense que la plupart des gens apprécient ce changement. Ce qu’il faut se dire aussi c’est que ce genre d’attaques ne va pas cesser de se produire au sein de la communauté et envers qui que ce soit.

Des attaques il y en a tous les jours. Des gens mal intentionnés vont essayer de récupérer les données des clients tout le temps. Et je suis convaincu que nos clients ont apprécié la façon dont on a répondu à ce sujet. Pascal a fait un million d’interviews à ce sujet. Par ailleurs nous avons embauché un nouveau responsable de la sécurité de l’information. On a passé une année et demie à réduire les surfaces d’attaque, pour que nous conservions le moins de données possible. Tu sais, il n’y a aucune raison pour que quiconque nous donne leurs données s’ils ne le veulent pas.

La réalité est que nous vivons toujours dans le web2. Et il y aura toujours des gens pour essayer de voler des données. Regarde le flux de données qui est sorti de Russie au cours du mois dernier. Si des gens ciblent les données des utilisateurs, ils les obtiendront, évidemment. Et tout le monde devrait savoir, qu’il s’agisse d’une entreprise publique ou d’une entreprise privée, de Shopify ou de MailChimp ou autre, qu’il y aura des toujours des attaques.

Donc, la meilleure chose que vous puissiez faire c’est de vous protéger. Nous utilisons des couches et des couches de protection antispam. Ce genre de problème craint, il n’y a pas de doute là-dessus.

Et tu ne penses pas que ça serait plus simple que Ledger sécurise les données de ses utilisateurs directement ?


En d’autres termes, développer notre propre système de commerce électronique ? Non, je ne pense pas que reconstruire Shopify soit vraiment ce dont la communauté attende de Ledger.

Pour être honnête, je n’ai aucun problème avec ça. Si les gens ne sont pas à l’aise avec Shopify, ils peuvent utiliser une boîte mail temporaire ou se faire livrer dans un casier, en donnant le moins d’information possible. Je pense que c’est beaucoup mieux pour la communauté de Ledger que l’on passe du temps sur la sécurité de vos cryptos.

Il y avait une soirée Playboy hier, est-ce que tu peux m’en dire plus sur ce nouveau partenariat ?


Ce que nous faisons avec Playboy ou The Sandbox n’est pas si différent de ce que nous faisons avec des tonnes d’autres communautés. On a travaillé avec Fluf World, Atom Bomb Squad, et nous avons encore beaucoup de choses à venir avec eux, on a également travaillé avec Doodles, Dead Fellaz. Comme je le disais plus tôt, la crypto est une sorte de regroupement de communautés. Ce n’est pas différent de ce que nous faisons avec la communauté de Solana, nous venons également d’annoncer notre soutien à Celo dans la semaine.

Nous avons déjà fait beaucoup de choses avec la communauté Polkadot, la communauté Tezos. Donc pour moi, ce sont toutes des communautés et il ne s’agit pas de privilégier l’un ou l’autre. Nous travaillons également sur Cardano comme nous l’avions annoncé en décembre. Vous prenez votre lapin en peluche et vous le sécurisez dans votre Ledger et vous pouvez l’intégrer dans The Sandbox, et sécuriser également vos lands.

Il y a eu une certaine synergie, ils voulaient faire un événement, nous voulions faire un événement. Les événements coûtent de l’argent. Faisons-le ensemble. Nous apportons en plus le côté éducatif.

Ledger a récemment mis les deux pieds dans les NFTs avec son Nano S Plus, quelle est ta collection préférée aujourd’hui ?


C’est une bonne question. Je ne vais probablement pas aimer ce qui est trop populaire comme pour la musique ou les films. Tu sais, je n’ai jamais été du genre à écouter la radio ou à aller à des grands spectacles. Et c’est un peu la même chose en ce qui concerne les NFTs.

J’aime collectionner sur Tezos par exemple parce que, c’est comme le rock indépendant, il y a une grande communauté d’artistes qui se soutiennent mutuellement. Et j’adore ça. J’adore collectionner de la photographie sur Ethereum aussi.

Je me retrouve de plus en plus profondément dans l’art génératif. J’adore ces projets. Je pense que, le spectateur est en quelque sorte la quintessence de ce à quoi ressemblent les beaux-arts du futur.

J’ai un DEADFELLAZ. J’ai quelques Adam Bomb Squad. J’adore ce que Bobby fait avec Adam Bomb Squad parce qu’il ne s’agit pas de faire seulement de l’argent.

Mon travail consiste à m’asseoir à côté de quelqu’un qui a des rêves fous et de l’aider à les réaliser.

Ian Rogers, CXO Ledger

Il s’agit vraiment de construire la marque du futur. Et je trouve ça super excitant. J’ai évolué avec les Beastie Boys des trucs un peu underground, et c’est intéressant de voir ou tout ça nous emmène.

J’aime la photographie. Et pour moi l’art c’est la vie. J’aime en quelque sorte la capacité de posséder ces moments. Je suis un fan de musique et je possède une photo de mon ami Adam Yauch décédé il y a une dizaine d’années, qui a été prise par un photographe à Seattle. Il y a tout une histoire derrière cette photo avec une partie du hip-hop qu’elle représente.

Ce qui est bien, c’est qu’il y a tellement de personnes du monde de l’art qui ne comprennent pas ce que l’on fait, qui ne comprennent pas la valeur de cet art. C’est comme ça, et les générations futures ne seront pas influencées de la même manière. Il est donc clair que la valeur et l’importance de cet art augmenteront au fur et à mesure que de plus en plus de gens auront cette même passion.

De mon point de vue, c’est enthousiasmant de voir où ça va aboutir.

Je sais que tu es photographe, est-ce que l’on pourra voir bientôt une exposition de NFTs Ian Rogers ?


J’en doute ! C’est drôle, parce que j’ai pensé afficher certaines de mes photos sur des objets, pas pour d’autres personnes, mais, pour les envoyer aux personnes que j’aime. En mode “Hey, voilà, c’est pour toi, qu’est-ce que ça te fait de savoir que la blockchain nous survivra à tous” ?

En tant qu’humain je ne suis pas sûr qu’iCloud me survivra mais je suis sûr que la blockchain oui, et je me suis dit “je pourrais juste les envoyer [mes NFTs] sur des wallets d’amis et de ma famille et voir ce qui se passe”. Mais de là à en faire une exposition, je ne pense pas. Je suis beaucoup plus un consommateur d’art qu’un artiste moi-même.

Il y a longtemps que j’ai compris que mon rôle était plus proche du producteur exécutif que de directeur créatif. Mon travail consiste à m’asseoir à côté de quelqu’un qui a des rêves fous et de l’aider à les réaliser.

Propos recueillis le 5 avril 2022 à Lisbonne en marge de la Non Fungible Conference. Vous pouvez également suivre Ian sur Twitter.

Related posts
NEWS

Les cryptomonnaies sont-elles nocives pour l'environnement ?

4 Mins read
Les cryptomonnaies peuvent avoir un impact négatif sur l’environnement en raison de la consommation d’énergie requise pour leur exploitation. Les mineurs de…
NEWS

Elrond (EGLD) devient MultiversX

2 Mins read
La blockchain Elrond est un réseau hautement performante conçue pour être utilisée dans les applications à grande échelle et à haut volume…
NEWS

L'Analyse objective de Bitcoin avec ChatGPT

3 Mins read
Le Bitcoin est une forme de monnaie numérique créée en 2009. Il a été conçu pour être un moyen de paiement sécurisé…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×
Vidéos

Entretien avec Alan Chiu fondateur de Boba Network | ETHDenver 2022