afrique cryptomonnaies
News crypto

Cryptomonnaies en Afrique : quelles dispositions pour le continent ?

7 Mins read
  • Quel avenir pour les cryptomonnaies dans le développement de l'Afrique ?

Au moment où la monnaie numérique est au beau milieu de nombreux débats, plusieurs pays voient en elle l’avenir. Sortir de la zone de confort des banques centrales pour entrer dans une finance plus indépendante est l’objectif clé. De ce fait, plusieurs continents dont l’Afrique, sont sur la trace de ces monnaies futuristes qui prônent le renouveau. Cela dit, les cryptomonnaies en Afrique : quelles dispositions pour le continent ?

L’adoption de la cryptomonnaie par certains pays d’Afrique


L’impact de la cryptomonnaie est planétaire, car la valeur d’un actif numérique ne varie pas d’un continent à un autre. Si cela intéresse plusieurs pays, il est surprenant de constater que certains pays d’Afrique se démarquent considérablement. En effet, dans le classement mondial des pays ayant le plus de transactions en cryptos, trois pays africains sont visibles. Il s’agit notamment du Kenya, du Nigeria et du Togo.

La cryptomonnaie au Kenya


Désigné comme étant le premier pays africain ayant le plus recours aux actifs numériques, le Kenya modifie son quotidien. La cryptomonnaie est désormais l’un des leviers de croissance pour ce pays car il est utilisé dans plusieurs secteurs. Puisqu’elle s’applique à tout type de portefeuille et est facile d’utilisation, elle contribue à l’équilibre financier du pays. En 2021, le Kenya détient un score de 0,28 en termes d’utilisation de la cryptomonnaie.

La cryptomonnaie au Nigeria


Le pays le plus riche d’Afrique est second en termes d’utilisation des actifs numériques. Il faut reconnaître que, depuis que la technologie blockchain a fait son entrée, elle a valablement participé à l’économie. Le Naira étant très souvent dévalué, les cryptomonnaies viennent pallier ce problème en dent de scie. De plus, les Nigérians s’en servent quotidiennement pour contourner les frais coûteux qui s’appliquent aux transactions avec l’extérieur. 0,26 est le score obtenu par le Nigeria en termes de transactions des actifs numériques au cours de cette année.

La cryptomonnaie au Togo


Le Togo est le pays intégrateur de la DeFi. C’est le premier pays d’Afrique à prendre en compte la finance décentralisée. Bien que n’étant pas légalisée par le gouvernement togolais, les Togolais voient en la DeFi un fort potentiel. C’est la raison pour laquelle les échanges ont afflué, au point de hisser le Togo parmi les grands utilisateurs de crypto. Ils occupent le 3ème rang avec un score de 0,19.

La cryptomonnaie, une alternative aux transferts de fonds traditionnels ?

S’il y a une chose qui est monnaie courante en Afrique c’est bien le transfert de fonds. Que ce soit pour les études, le commerce, l’assistance maladie ou de construction, le transfert de fonds est nécessaire. Très souvent, ces fonds destinés à des besoins divers proviennent de la diaspora en soutien aux familles africaines. Cependant, dans la plupart des pays, ce transfert de fonds se fait par les institutions légales appropriées.

Ces transactions se révèlent être très coûteuses car elles impliquent un taux d’échange de devise considérable. La cryptomonnaie se présente dès lors comme une alternative aux transferts de fonds traditionnels. En effet, les frais s’appliquant aux transactions liées aux plateformes de trading sont assez faibles.

La technologie liée à la cryptomonnaie à ceci de particulier que les portefeuilles sont identiques qu’importe le continent. Dans cette mesure, les frais de transfert s’y afférant sont identiques et la valeur boursière aussi. Pour la plupart des transferts de fonds sur les différentes plateformes d’échange ou de trading sont généralement de 0,3 %. Ce qui est très faible lorsque l’on sait que certaines banques et institutions prélèvent des frais à hauteur de 12 %. Face à ce fossé, la cryptomonnaie en Afrique est bien accueillie, car elle profite au plus grand nombre.

Outre ces taux élevés, il faut noter qu’avec un transfert de fonds traditionnels, le nombre de transactions est limité. Dans le monde de la cryptomonnaie, cette limite de trafic financière n’est pas marquée par un nombre. D’autant plus que les transactions sont légitimées par l’anonymat, la cryptomonnaie est la solution en adéquation avec l’Afrique.

Le secteur des matières premières mal exploitées

L’Afrique a le mérite d’être perçue comme étant le berceau de l’humanité. Toutefois, elle se distingue des autres continents par une grande richesse en termes de matières premières. Cependant, pour diverses raisons cette diversité de ressources est peu utilisée.

Bien que les terres soient riches, l’Afrique reste quand même le continent le moins outillé pour en tirer profil. La quasi-totalité des pays d’Afrique soutiennent leur économie à travers le tourisme et le prix des exportations. C’est le cas par exemple de la Côte d’Ivoire qui est le premier exportateur africain en termes de cacao.

Statistiquement parlant, les taux d’exportations du PIB de l’Afrique vers le reste du monde varient selon le secteur. C’est ainsi que l’on note que l’exportation des combustibles représente 63 %, contre 10 % en termes de minerais. Pour ce qui est de l’agriculture, elle représente uniquement 2% des exportations.

En 2020, avec la venue du Covid-19, les chiffres n’ont pas été fleurissants. L’Afrique a connu l’une des plus dures récessions de son histoire car ne pouvant acheminer ses matières premières. Le monde étant confiné, l’économie de l’Afrique qui repose fortement sur les capitaux étrangers s’est vue être confinée également. Le Nigeria s’est vu avoir un taux de régression de -4,3 % juste à cause de la pandémie. L’Afrique du Sud qui fait partie des pays riches du continent africain a également fortement été touchée. Ce qui a conduit de manière globale à avoir une baisse de 2,6 % de tout le continent.

Le constat est donc sans appel, car plusieurs secteurs subissent encore pleinement les contraintes d’une banque fiduciaire. Or, le large potentiel qu’a l’Afrique représenterait certainement un investissement considérable dans le forex. Autrement dit, ces matières premières une fois entrées en Bourse, pourraient faire office d’investissement en crypto.

Cryptomonnaies en Afrique : Cherté des échanges financiers


S’il y a bien un point de vue que partagent plusieurs Africains c’est bien celui de la cherté des échanges financiers. En effet, les transactions financières dans un pays ou d’un pays à un autre engagent très souvent d’énormes frais. Ce qui freine également l’engouement des financiers à pouvoir faire des virements. Les institutions financières en charge de ces échanges engagent des frais que l’on ne comprend pas toujours.

Dans certains cas, le coût de l’échange est équivalent à plus de 10 % de la somme totale envoyée. En 2020, la valeur de l’échange entre la diaspora et l’Afrique s’est élevée à 400 Milliards de dollars. Pour le marché de la crypto, c’est un terrain favorable qui peut concilier coût réduit et satisfaction du besoin.

Une des entreprises de lutte contre la cherté des échanges financiers c’est bien yellow card. Elle est spécialisée dans l’achat et la vente des crypto-monnaies en Afrique. En plus d’être présente dans plusieurs pays, elle offre divers moyens de paiement tout en incluant les monnaies locales.

En plus de cela, nous avons une plateforme comme Bundle dont la souplesse réside dans l’envoi et la réception du Bitcoin, de Naira et de l’Ethereum gratuitement. C’est l’une des plateformes les plus utilisées au Nigeria pour effectuer des transactions facilement et rapidement.

C’est dans le même ordre d’idée que Bundle, que s’inscrit Bitsika, qui est une application de finance. Elle regroupe de manière simplifiée plusieurs services tels que l’envoi de l’argent dans différents pays d’Afrique.

L’Afrique vers la création de sa propre cryptomonnaie


Il y a longtemps que l’Afrique a adopté la cryptomonnaie au même titre que l’Europe et même plus encore. En effet, certains pays africains passent premiers en termes d’utilisation de la monnaie numérique que d’autres pays d’Europe. C’est bien là, la preuve que l’Afrique a un désir d’équilibrer son économie tout en restant ouverte au reste du monde. Elle commence à prendre la cryptomonnaie très au sérieux au point de penser à créer son propre actif numérique.

Les pays comme le Nigeria et le Kenya ont déjà pris les devants à ce niveau avec la création de leurs cryptos. Le Nigeria par exemple a créé depuis peu le eNaira, qui est une monnaie numérique assez hors norme. En effet, elle ne suit pas la ligne directive des finances numériques vue à ce jour dans le monde. Elle a non seulement été créée par la banque centrale nigériane, mais aussi ne prend pas en compte l’anonymat.

Dans le même sillage, le Kenya crée sa propre cryptomonnaie dans le but de soutenir en interne l’économie. Pour ce faire, ils ont mis en place le Sarafu qui est la monnaie numérique utilisée par les commerçants, 1 sarafu est l’équivalent d’un shilling kényan.

Plus encore, depuis 2018, on a assisté à la naissance de la monnaie qui devait être le Bitcoin d’Afrique : Afro. Seulement, elle n’a pas eu un impact aussi conséquent car plusieurs pays ne l’ont pas adopté.

En résumé


La cryptomonnaie en Afrique a plus d’impact qu’on ne pouvait l’espérer, car cinq pays l’ont adoptée au quotidien. Elle se présente comme étant un levier par lequel la communauté africaine pourrait s’appuyer pour relever l’économie. Puisque l’Afrique dispose de plusieurs richesses naturelles, elles peuvent être sujettes à un investissement en finance numérique. Bien qu’essayant de se frayer un chemin dans la blockchain en créant sa cryptomonnaie, elle exprime son désir d’émerger. L’Afrique a de quoi être le futur eldorado du monde des actifs numériques. Tant que ce système financier reste simple d’utilisation et bénéfique, l’Afrique ouvrira grand ses bras à la cryptomonnaie.

RealT
32 posts

About author
Passionnée du trading bourse et des crypto-monnaies, je m’attèle à la rédaction des articles sur le sujet afin de partager mon expérience et d’informer par la même occasion. Car, je suis persuadée que les crypto-monnaies ouvrent des perspectives que tout le monde devrait expérimenter.
Articles
Related posts
News crypto

Atlendis Labs lance un pool d'emprunt pour Wintermute

2 Mins read
Atlendis Labs accueille son premier emprunteur institutionnel AA, Wintermute, l’un des principaux market maker algorithmiques dans les cryptos-actifs.
News crypto

Metaverse Summit : La première conférence Web3 dirigée par des femmes

3 Mins read
Notamment tourné vers les représentations féminines dans le Web3, le Metaverse Summit a également pour but de promouvoir la diversité à travers…
News cryptoNFT

L’Olympia lance “The O’Gs”, sa collection de NFT

2 Mins read
La startup Tailor s’associe à la mythique salle de concert parisienne, L’Olympia qui réalise une entrée remarquée dans le monde du Web3…

Rejoins la communauté !

Toutes les semaines un condensé de l'actualité crypto, des tests et tutoriels dans ta boîte mail !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

×
News crypto

Cryptomonnaies en Afrique : une solution d’avenir pour le développement du continent ?