coinbase meme SEC

Mais à quoi joue le gendarme boursier Américain avec Coinbase ?

La plateforme spécialisée dans la négociation de cryptomonnaies Coinbase est menacée par la SEC (l’autorité de régulation financière aux USA) d’une action en justice si elle ne renonce pas rapidement à son programme de prêts de cryptomonnaies.

Possible coup dur pour Coinbase ?


Alors que la plateforme avait prévu de lancer son programme de prêts de cryptomonnaies dans les prochains jours, la Securities and Exchange Commission (SEC) menace de poursuivre en justice l’entreprise américaine Coinbase si celle-ci ne renonce pas rapidement à son programme de prêts de cryptomonnaies.

Coinbase a en effet reçu une “Wells Notice” de la part de la SEC informant l’entreprise qu’elle prévoit de la poursuivre en justice. Une “Wells Notice” est une lettre que la Securities and Exchange Commission des États-Unis envoie à des personnes ou à des entreprises lorsqu’elle envisage d’engager une action coercitive à leur encontre.

Le contexte


Dans ce contexte très tendu, Paul Grewal, le responsable juridique de la société Coinbase estime que l’entreprise n’a pas d’autres choix que de retarder l’introduction de son nouveau produit de prêts de cryptomonnaies au moins jusqu’en octobre 2021.

Coinbase explique dans son blog qu’elle ne comprend pas la position de la SEC à l’égard de sa nouvelle offre.

Alors que de nombreux programmes similaires existent déjà sur le marché, Coinbase a fait le choix de présenter son programme aux autorités financières. Coinbase croit “en la valeur d’un dialogue ouvert avec les régulateurs”.

Coinbase s’est engagé de manière proactive avec la SEC à propos de son programme de prêt de cryptomonnaies depuis plus de six mois.

Le programme de prêts de cryptomonnaies aurait permis aux clients éligibles aux programmes de gagner un taux d’intérêt.
Sur le site Internet de Coinbase, le programme prévoit un taux d’intérêt de 4% sur les USD Coin (USDC).

Une volonté pour les autorités de réguler les cryptomonnaies


Il y a une réelle volonté des autorités légales aux USA d’agir contre les fraudes dans le domaine des cryptomonnaies.

Quelques mois plus tôt, l’État du New Jersey avait ordonné à la plateforme BlockFi de cesser de proposer aux investisseurs des comptes rémunérés.

D’après l’agence de presse Reuters, le président de la SEC, Garry Gensler, a appelé le 3 août 2021 le Congrès américain à donner à son agence plus d’autorité pour mieux contrôler les prêts et les plateformes de cryptomonnaies, un “Far West” qui, selon lui, est truffé de fraudes et de risques pour les investisseurs.

Depuis, il y a une réelle volonté de la SEC de réguler le secteur des cryptomonnaies.

Pas plus tard que le 3 septembre 2021, un autre tycoon des cryptomonnaies en a également fait les frais. Le fondateur de Bitconnect est accusé, par la SEC, d’avoir organisé une fraude massive dans le domaine des cryptomonnaies pour un montant de plus de 2 milliards de dollars.

On assiste à un développement sans précédent des offres de prêts de cryptomonnaies.

Coinbase souhaite bien sûr profiter du développement de ce marché, mais la position de la SEC est claire. Les régulateurs, dont notamment son président Garry Gensler, expriment leurs inquiétudes face à la prolifération de tels programmes. Il est vrai que certains programmes promettent des rendements extraordinaires, parfois supérieurs à 40 % par an. 

Le responsable juridique de Coinbase explique sur le blog de l’entreprise que les réserves de la SEC concernant les prêts de cryptomonnaies étaient fondées sur la conviction que le produit impliquait l’émission et la négociation d’un titre financier.

Publié par

Axel Jeyser

Je suis développeur web et rédacteur spécialisé dans la finance de marché et les cryptos. J'adore le trading automatisé et tester des nouvelles stratégies de trading. Afficher tous les articles par Axel Jeyser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *