Maroc bitcoin
NEWS

Maroc : premier pays d’Afrique du Nord pour les échanges Bitcoin en 2021

3 Mins read

Malgré son caractère encore illégal dans de nombreux pays, le Bitcoin s’impose actuellement comme une véritable monnaie incontournable. En Afrique, les statistiques montrent que le Maroc est le premier pays d’Afrique du Nord pour les échanges en Bitcoin en 2021. Qu’est-ce qui permet de classer le Maroc à cette place ? Qu’en est-il de la restriction sur l’interdiction des cryptomonnaies ?

 Un volume d’échanges constamment en hausse


Le volume d’échanges Bitcoin et des autres cryptomonnaies est continuellement en hausse au Maroc. Le nombre de détenteurs de crypto-actifs l’est tout autant. Qu’est-ce qui pousse les citoyens Marocains à utiliser de plus en plus des cryptomonnaies, alors que celles-ci sont strictement interdites dans le Royaume ?

Quelques chiffres


Plusieurs statistiques réalisées par différentes structures compétentes le prouvent. En effet, Triple A qui est un fournisseur et agrégateur de cryptomonnaies à Singapour estime que 2,4% de la population marocaine détient actuellement des cryptomonnaies.

Par ailleurs, Cointelegraph classe le Maroc au sommet du top 50 des détenteurs du plus grand pourcentage de population en Afrique du Nord détenant du bitcoin. Les statistiques fournies par Useful tulips qui suit les échanges bitcoin en peer-to-peer dans le monde entier confirment le volume important d’échanges dans ce pays.

Selon le média américain, Local Bitcoin a enregistré une augmentation de 30 % sur le nombre d’inscriptions des Marocains avec 700 nouveaux comptes créés. Le Maroc s’impose alors, pour le compte de l’année écoulée, comme le leader des échanges bitcoin. Il a pour seul vrai concurrent, l’Arabie saoudite au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

Nouvelles options sur les plateformes d’échanges de cryptomonnaies


Harmattan energy vient montrer son soutien à Orange Maroc en dévoilant sa volonté de construire le plus grand parc éolien d’Afrique. En effet, cette structure prévoit ce parc dans la région de Dakhla, en plein Sahara, afin d’alimenter les infrastructures informatiques et Blockchain.

Même s’ils ne peuvent l’affirmer ouvertement, Harmattan energy utilisera ce parc de 900 MW pour l’extraction et le commerce de bitcoin. Cointelegraph assure toujours, lors de l’appel d’offres du projet il y a quelques années, que la revente de 20 % de l’électricité produite par l’entreprise au gouvernement pourra améliorer les choses.

En outre, Binance qui est une plateforme populaire d’échange de crypto-actifs, ajoute une option qui fait bouger les lignes. Il est dorénavant possible d’acheter des cryptomonnaies en dirham marocain via Simplex. Cette nouvelle option est similaire à celle qui permet de faire des échanges bitcoin avec le Naira du Nigeria.

Qu’en est-il de l’interdiction sur la détention de cryptomonnaies ?


Bien que les échanges de Bitcoin et plus largement de cryptomonnaies au Maroc soient en expansion, celles-ci demeurent interdites depuis 2017 dans le Royaume.

Loi en vigueur

La loi interdisant les cryptomonnaies est entrée en vigueur en novembre 2017. Malgré cette loi, le bitcoin a été adopté et les détenteurs contournent les restrictions imposées. Toutefois, il est important de noter que détenir ou échanger des cryptomonnaies au Maroc est une violation de la réglementation des changes.

Ne peuvent disposer de comptes à l’étranger que des personnes sous conditions particulières, notamment être exportateur de biens et services. Toute entrave à ce règlement est passible d’un emprisonnement de 5 ans et d’une amende allant de 500 à 20 000 dirhams.

Par ailleurs, les institutions et autorités financières du Royaume rappellent que cette activité n’est pas régulée. Qui plus est, ne garantit pas la protection du consommateur et la volatilité des changes peut causer des préjudices.

Adoption implicite du bitcoin malgré la loi

Les nombreuses interdictions sur les cryptomonnaies sont devenues presque caduques en raison de leur consommation remarquable. Le Maroc commence à distribuer les aides aux ménages à travers la blockchain. Il s’agit d’un signe que le gouvernement marocain soutient implicitement les échanges bitcoin malgré les interdictions.

Le pays met en place des moyens pour développer la technologie blockchain. Et qui dit blockchain dit cryptomonnaies. Le ministère des Finances et de l’économie du Maroc reste souple face à l’utilisation de la technologie blockchain et garde un œil ouvert sur l’innovation technologique des monnaies numériques.

En résumé


En somme, les échanges Bitcoin en 2021 ont connu un essor important au Maroc. Les statistiques propulsent le pays à la première place en Afrique du Nord en termes d’échanges cryptos. Ces rapports sont en hausse malgré les interdictions et la réglementation des changes. Le Maroc, qui officiellement interdit l’utilisation et les échanges de cryptomonnaies se voit valoriser la technologie Blockchain. Cette importance accordée à la blockchain prouve que le gouvernement marocain se protège en réalité d’un faux danger.


Cet article ne représente que la vision de son auteur. Francecrypto.fr n’est pas affilié à l’entreprise mentionnée et n’est pas responsable du contenu, exactitude, qualité, publicité, produits ou autres matériaux sur cette page. En outre il comporte des liens d’affiliations qui servent à rémunérer les différents auteurs. Tout investissement comporte un risque de perte en capital.

Related posts
NEWS

Les cryptomonnaies sont-elles nocives pour l'environnement ?

4 Mins read
Les cryptomonnaies peuvent avoir un impact négatif sur l’environnement en raison de la consommation d’énergie requise pour leur exploitation. Les mineurs de…
NEWS

Elrond (EGLD) devient MultiversX

2 Mins read
La blockchain Elrond est un réseau hautement performante conçue pour être utilisée dans les applications à grande échelle et à haut volume…
NEWS

L'Analyse objective de Bitcoin avec ChatGPT

3 Mins read
Le Bitcoin est une forme de monnaie numérique créée en 2009. Il a été conçu pour être un moyen de paiement sécurisé…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×
GUIDE 2023

L'Afrique du Nord reste fermée aux cryptomonnaies