cannes nft ventes aux encheres
News cryptoNFT

Pourquoi la ville de Cannes met aux enchères son patrimoine en NFT ?

8 Mins read

Il y a quelques semaines la ville de Cannes annonçait la vente sous forme de NFT de son patrimoine. A priori, on aurait pu se dire que la ville cherchait à surfer sur cette nouvelle vague du web3. En regardant d’un peu plus près, on trouve un projet réfléchit et mûri au sein d’une ville qui ne se repose pas uniquement sur le tourisme estival, son festival du film et la pléthore de conventions professionnelles. Rencontre avec Régine Resbeut, Conseillère Grand Projet auprès du Maire de Cannes (David Lisnard) et Charles-Henri Puaux, Président de Pertimm, la société éditrice des NFTs.

C’est la première fois que l’on rencontre des acteurs du service public. Est-ce que vous pouvez vous présenter et nous expliquer comment est né ce projet de NFT à Cannes ?


— Je suis Régine Resbeut, Conseillère Grand Projet auprès du Maire de Cannes.
— Je suis Charles-Henri Puaux, PDG de la société Pertimm.

R.R : C’est une proposition spontanée qui a été faite par Charles-Henri Puaux, de numériser des sites emblématiques de Cannes. Cette idée nous a séduits immédiatement et on a commencé à travailler ensemble pour définir quels étaient les sites que l’on souhaitait sélectionner.

C-H P : Alors de mon point de vue, je suis Cannois d’adoption depuis maintenant un an et demi. Et ça me semblait tout naturel et logique d’inscrire la ville dans lequel je vivais vers ce tournant. Et c’est ce que j’expliquais lors de précédentes allocutions. Pour moi, le metaverse et l’ensemble des éléments, que ce soit la crypto que ce soit les NFTs, sont pour moi ce que l’e-commerce et l’Internet 1.0 et 2.0 ont amené dans le cadre de la communication, dans le cadre de l’achat et dans le cadre de l’art, l’interaction entre les humains.

Quel est l’intérêt pour la ville de Cannes de transformer certains monuments en objets numériques ?


R.R : L’intérêt est de valoriser le patrimoine culturel, naturel et spirituel de Cannes et donc d’augmenter l’attractivité de la destination, tout simplement. Cannes est une ville qui vit du tourisme. Le tourisme c’est 25 % du PIB, c’est 40 à 50 % des emplois, c’est 3 millions de visiteurs par an. Il est important pour nous, face à des destinations concurrentes, de rendre toujours la destination plus attractive.

Et au travers de cette numérisation des sites, on a trouvé un moyen supplémentaire de valoriser notre patrimoine, et c’était aussi un moyen de renforcer quelque chose qui nous est très cher, la communauté Cannoise. La communauté Cannoise, ce n’est pas seulement les habitants, c’est aussi tous les visiteurs qui viennent à Cannes et tous les gens qui aiment Cannes. Et ils sont nombreux.

C-H P : De mon point de vue, l’un des éléments qui était aussi très important dans le cadre de la collaboration et d’avoir sélectionné Cannes. C’est que Cannes est la première destination connue à l’international. Je ne dirais pas après Paris ou avant Paris, mais qui se challenge. Donc il y avait un vrai point d’impact.

Le deuxième point, c’est que l’historique de Cannes est vraiment lié à une actualité, qui est demain, Le Festival du film et par conséquent, toutes les transpositions des monuments dans le cadre de l’organisation d’événements comme des festivals. Un festival qui pourrait être lié au cinéma ou ainsi un ou un festival qui pourrait être lié à tout un tas d’autres éléments comme la ville de Cannes sait le faire comme prochainement sur l’hydrogène, comme elle l’a fait sur l’IA récemment, et d’inscrire ces événements, dans une forme très hybride qui, grâce ou à cause de la pandémie, se développe beaucoup et les metaverses et le fait que Cannes puisse s’inscrire là-dedans, pour moi, était quelque chose d’important.

Cette semaine, il va y avoir, en parallèle du lancement du Festival de Cannes, le Cannes NFT Festival. Est-ce que vous y serez d’une manière ou d’une autre ?


R.R : C’est une initiative du Festival de Cannes et de ses partenaires qui se déroule en parallèle. Elle est parfaitement pertinente, et complémentaire à celle qui est portée par la Mairie de Cannes.

C-H P : Un des points aussi qui est important, c’est par exemple, l’initiative qu’il y a eue sur Fortnite et sur lequel c’est une première exploitation de la collection NFT de Cannes, c’est-à-dire le véritable point dans lequel on est capable de montrer que la manière dont les bâtiments s’incrustent dans le cadre de Fortnite en jeu vidéo. Demain, le détenteur du Palais des festivals, ou de la Croisette ou autre pourraient s’inspirer de cette première expérience et de ce premier essaie qu’on a réalisé dans ce cadre-là. Dans le cadre de l’usage de la de la collection NFT de Cannes.

Concernant le plan technique, parce qu’on a toujours besoin de savoir s’il y a sous le capot, quelle blockchain vous utilisez pour développer ce projet ?


C-H P : Ethereum.

C-H P : Pourquoi ? Parce qu’il y avait Polygon qui est effectivement moins cher, et sur lequel aujourd’hui on a fait pas mal d’études. On a regardé ce qui était possible de faire. C’est-à-dire qu’on a à la fois le titre de propriété qu’est le NFT et surtout, on a le modèle 3D qui permet son implémentation dans le cadre des metaverses.À partir de ce moment-là, la seule blockchain qui pour nous, nous permettait d’inclure et de les mettre en binôme c’était Ethereum. On a essayé avec d’autres blockchains. Fondamentalement, on avait des problèmes liés à ça.

Palais des Festivals de Cannes NFT
Représentation 3D du Palais des Festivals de Cannes

L’un des points d’attaque d’Ethereum c’est le Proof-of-Work (avant le merge), et son aspect écologique. Vous n’avez pas peur que ça soit une mauvaise publicité ?


R.R : Au niveau global, peut être pour resituer, Pertimm est le créateur de ces NFTs. La position de la mairie Cannes, c’est que nous, on est détenteur de la marque Cannes, en toute transparence, nous avons un contrat de licence, qui permet à Pertimm d’utiliser la marque, le logo, l’image de Cannes.

Dans le cas de ce contrat de licence, effectivement la question de l’écologie on en a pas mal discuté. Nous avons deux mesures qui permettent de compenser cette empreinte carbone. La première, c’est que la société Pertimm s’est engagée à compenser deux fois l’empreinte carbone du projet via une plantation d’arbres, évidemment certifiés.

Et par ailleurs, 10 % du produit de la vente aux enchères sera reversé au fonds de dotation de la ville de Cannes qui est un fonds de dotation qui soutient et finance des projets environnementaux. C’est effectivement un point important dont on a discuté en amont puisqu’on avait ce souci de l’empreinte carbone, qui peut être à tort ou à raison, mais qui est quand même réelle.

Est-ce qu’on va demander à des entreprises comme Air France de composer leur carbone ?

Charles-Henri Puaux

C-H P : Ça voudrait dire qu’elle est d’un point de vue énergétique, elle est à énergie positive, ce qui est impossible normalement. Dans le cadre des 10 %, effectivement, il y a le principe écologique. On est sur quelque chose de très local.

Choisir une autre blockchain pouvait soulever le cas échéant cette question. Et on le voit aujourd’hui, plus une blockchain grandit, plus celle-ci peut être énergivore. Effectivement, ce point-là fait qu’à partir du moment où on est dans un virage sur Ethereum, je pense que de toute façon on va être sur un virage écologique (ndlr avec le merge), sur le minage, donc de ce point de vue, je pense que notre initiative n’est pas une initiative fortuite ou même une initiative épisodique. La véritable question, c’est “est ce qu’on va demander à des entreprises comme Air France de composer leur carbone ?”

Personnellement, je pense qu’on n’y est pas encore et pourtant on leur a donné 4 milliards. Il y a vraiment ce côté-là qui est important et c’est quelque chose sur lequel l’écologie est importante. Et elle est d’autant plus importante à partir du moment où elle est locale. Et le choix que l’on a fait c’était de faire de l’ultra local, c’est-à-dire de faire du Cannois.

Je suis très transparent par rapport à ça. Je crois peut-être lors du deuxième ou troisième rendez-vous qu’on a eu avec la mairie, ça a été un des points qui a été abordé. Pourquoi ? Parce qu’on a la chance, et je dis bien la chance d’évoluer dans un territoire dans lequel le cadre est exceptionnel.

Je ne me fais pas plus ambassadeur que je ne le suis du territoire cannois ! On est vraiment sur quelque chose sur lequel vous allez vous balader aux îles de Lerins, il y a un vrai point sur lequel l’écologie est palpable. Ce que malheureusement en tant qu’ancien Parisien ou Londonien, vous n’avez pas.

Est-ce que vous ne pensez pas qu’il y a un fossé entre ce que vous développez et ce que 99 % des gens aujourd’hui sont capables de comprendre ?


R.R : Il y a un engouement énorme sur les metaverses, c’est le futur d’Internet. Nous pensons que faire ce projet, ça amène les gens à se poser les questions, nous faisons également de la pédagogie, de l’éducation, parce qu’on en parle tout simplement. Beaucoup de gens s’interrogent, nous questionnent. En fin de compte, ça crée une curiosité chez nos administrés. Par ailleurs, justement, pour rebondir sur l’éducation, on a organisé du 14 au 16 avril dernier la première édition du World AI Cannes Festival, un salon dédié aux professionnels et au grand public sur l’intelligence artificielle d’envergure internationale.

C’est-à-dire ? On a fait une journée dédiée au grand public avec une présentation du projet NFT qui a suscité énormément d’engouement. C’est vraiment quelque chose de très important pour nous d’éduquer les administrés, de l’inclusion numérique au sens large et éduquer les personnes aux nouvelles technologies. C’est fondamental et c’est l’un des nombreux chevaux de bataille de notre Maire.

Quelles sont les prochaines étapes de votre feuille de route ?


C-H P : La prochaine étape, c’est de donner un NFT à une personnalité publique lors du Festival de Cannes.

R.R : Du monde du cinéma !

C-H P : Alors ça va être le NFT numéro un puisque c’est le premier à être donné. À partir de ce moment-là, on va avoir un mois grosso modo jusqu’au moment de la vente et donc on va rentrer dans une phase qui est assez connue pour les maisons de ventes et qui est assez méconnue de mon point de vue. C’est la phase de médiatisation du projet et par conséquent on va essayer de répandre le projet le plus possible en dehors des frontières, notamment au niveau des frontières américaines et asiatiques, de manière que l’on continue à voir la marque Cannes comme étant une marque d’innovation et une marque de nouvelles technologies. Comme on s’aperçoit en France, je n’ai jamais autan entendu de sujets sur le metaverse depuis qu’on l’a annoncé.

Ça prouve bien que ça a eu son premier effet. Deuxièmement, ça va vraiment permettre, le cas échéant, à ce que des gens identifient Cannes comme étant un point dans la création numérique, comme étant un élément de ralliement global, ce qui était ce qui était mon choix.

Et la vente aux enchères est prévue pour quelle date ?


R.R : Il y a une vente aux enchères le 21 juin à 18 h au à la Capitainerie du Port Canto, et les dix NFTs seront vendus lors de cette vente aux enchères.

C-H P : Elle sera, mais en ligne également. Il sera possible d’enchérir en ligne. Alors je vous invite à aller sur le site d’Artcurial la collection de la vente s’appelle I Met My NFT in Cannes depuis l’origine on a pris ce nom parce que c’était le principe de l’origine et de la rencontre, ce qui est exactement Cannes, et ce qu’est exactement aujourd’hui le metaverse et donc la vente I Met My NFT In Cannes sera bien sûr en vente en ligne comme aujourd’hui toutes les ventes aux enchères se font.

Entretien réalisé le 16 Mai 2022 à la Mairie de la ville de Cannes.

RealT
432 posts

About author
Je suis Clément le fondateur de francecrypto.fr ! J'ai découvert le Bitcoin en 2010 sans vraiment m'y intéresser... Une décennie plus tard, je décide de tout plaquer pour vous faire découvrir le secteur incroyable des blockchains et des cryptomonnaies !
Articles
Related posts
News crypto

Atlendis Labs lance la version mainnet sur Polygon

5 Mins read
Atlendis Labs vise à remédier à l’inefficience des prêts de capitaux dans le domaine de la DeFi en permettant à des emprunteurs…
News crypto

Across le nouveau bridge entre Ethereum et ses L2 déployé par UMA

3 Mins read
La solution de bridge d’UMA, Across, lance une nouvelle fonctionnalité cross-chain afin de dynamiser le déploiement autour d’Ethereum. De nouvelles fonctionnalités permettront…
DAONews crypto

Participez à la plus grande Pizza Party au monde pour le Bitcoin Pizza Day

3 Mins read
Voilà 12 ans maintenant que le 22 Mai est célébré comme le Bitcoin Pizza Day. Le jour où un Américain du nom…

Rejoins la communauté !

Toutes les semaines un condensé de l'actualité crypto, des tests et tutoriels dans ta boîte mail !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

×
Vidéos

Entretien avec Seven, Fondateur de Orchid VPN | ETHDenver 2022 Ξ